Sofiouest plébiscite l’entrepreneuriat au féminin en soutenant financièrement l’entreprise Bouge ta Boite

23/09/2019

A l’initiative de Marie Eloy, Bouge ta Boite (créée fin 2016 et comptant 13 salariés basés à Rennes) est une entreprise prônant une société équilibrée comprenant autant de chefs d’entreprises masculins que féminins. Pour « booster » la croissance des entreprises et la pérennité des sociétés créées par des femmes, Bouge ta Boite s’organise en cercles innovants, avec un ADN clairement business.

Séduit par les valeurs portées par cette entreprise et ses perspectives de valorisation, Sofiouest a participé à la dernière levée de fonds de Bouge ta Boite.

Marie Eloy, Présidente de Bouge ta Boite

Marie Eloy est une femme qui bouge ! Journaliste à RFI avant d’être cofondatrice d’une école Montessori dans le Morbihan et de fonder un premier réseau associatif d’entraide autour de l’entrepreneuriat, cette jeune femme a souhaité s’engager davantage auprès des femmes entrepreneures en créant Bouge ta Boite. Elle est aussi aujourd’hui membre du Comité pour la gouvernance des entreprises du MEDEF et intervenante régulière dans la France Bouge sur Europe 1.

Zoom sur le fonctionnement de cette entreprise et ses ambitions :

“J’ai souhaité créer Bouge ta Boite lorsque j’ai constaté que 80 % des femmes créatrices d’entreprises ne vivaient pas de leur activité. C’est bien d’avoir des initiatives… C’est mieux quand elles sont concluantes sur le plan financier !
C’est pourquoi, dès le départ, Bouge ta Boite s’est clairement positionnée sur le plan des affaires. Après une phase pilote en Bretagne, nous sommes aujourd’hui présentes dans tout l’hexagone.

A la différence des autres clubs entrepreneuriaux féminins, Bouge ta Boite est un réseau business de recommandation : elle est organisée dans le but de permettre aux “Bougeuses” de faire croître leur chiffre d’affaires (CA) les unes grâce aux autres. Pour cela, elle propose à ses membres (qui s’acquittent d’un abonnement annuel de 490 € HT, soit deux à trois fois moins cher que les autres réseaux business mixtes) de se réunir tous les 15 jours par groupe de 25 maximum.

Chaque “cercle” constitué comprend des dirigeantes d’entreprises de secteurs d’activité tous différents : pas de concurrence dans un groupe, mais, au contraire, des compétences complémentaires et des conseils bienveillants visant à briser la solitude de l’entrepreneur. Un cercle sert de comité d’experts qui, avec le recul nécessaire, donnent leur avis sur le développement de chaque entreprise, conseillent, encouragent et aident, via, entre autres, des recommandations et des mises en relation (prospection commerciale) ou des achats de services. C’est donc du concret. Et ça marche ! Bouge ta Boite compte déjà 900 bougeuses qui avouent que 20 % au moins de leur chiffre d’affaires de TPE découle de leur appartenance à Bouge ta Boite.

Ces rencontres bi-mensuelles – très structurées, avec un ordre du jour – ne sont pas les seuls services proposés aux bougeuses. Par exemple, actuellement, nous organisons un tour de France de l’entrepreneuriat féminin (en 3 semaines) à bord d’une caravane, avec des ateliers business gratuits et, le soir, des conférences sur le thème “le jour où j’ai osé”.

Des rencontres mensuelles sont aussi organisées en comité restreint (deux bougeuses) pour faire plus ample connaissance : mieux se connaître permet d’augmenter la confiance et de recommander plus sereinement et de façon plus ciblée, le cas échéant.
Enfin, au-delà des RDV physiques, des RDV digitaux (réseau social national) permettent de faire du business les unes avec les autres.

Notre objectif est de faire grandir nos abonnées en termes de CA, de les rendre visibles sur leur territoire et d’en faire des modèles : un cercle vertueux qui permettra à d’autres femmes de s’identifier et de créer à leur tour…

Nous modifierons ainsi des statistiques décevantes : entre 30 % et 40 % des chefs d’entreprises (professions libérales, agricultrices, etc.) sont des femmes, mais 80 % d’entre elles ne parviennent pas à se verser un revenu convenable ; 5 % de femmes seulement sont à la tête d’une start-up ; 2,6 % des fonds d’investissement sont attribués à des entreprises portées par les femmes et, au-delà de 10 salariés, on ne compte plus que 14 % de femmes chefs d’entreprise (source KPMG)…

Il faut donc réinventer un inconscient collectif, permettre de nouveaux référentiels afin d’arriver à une société équilibrée. C’est l’équilibre qui fait la performance, l’innovation et le mieux-être…
Nous sommes persuadées que nous réussirons ce challenge tant nous percevons de bonne volonté autour de nous, de la part de femmes, bien sûr, mais aussi de la part de structures convaincues et bienveillantes comme Sofiouest, par exemple, ou Ouest France qui nous soutient depuis nos débuts.

Les cercles de bougeuses sont déjà rentables. L’entreprise elle-même devrait le devenir d’ici fin 2021…

Patrice Hutin, Directeur délégué de Sofiouest

“Notre décision de nous impliquer dans cette entreprise a découlé d’une double conviction :

– Nous pensons que Bouge ta Boite est promise à un bel avenir, tant son cœur d’activité est utile à la société et à l’économie sur lesquelles elle a un impact très positif. Il est très important que les femmes s’émancipent des hommes et soient capables de faire fructifier leurs entreprises afin d’en percevoir les fruits. Cet objectif correspond parfaitement aux valeurs que défend Sofiouest.

– Par ailleurs, la personnalité de Marie Eloy, convaincue, énergique et résolue et a été déterminante. Alors qu’elle aurait pu créer Bouge ta Boite sous forme d’association, elle a choisi de créer une entreprise – incontestablement plus contraignante – pour donner l’exemple aux autres femmes ; “osez entreprendre !” De bon augure… Sofiouest rencontre systématiquement les dirigeants des entreprises qui peuvent l’intéresser en termes d’investissements, et leur profil compte au moins autant que les critères purement financiers.”