Sofiouest s’investit dans la démocratie citoyenne via sa participation à la levée de fonds de Make.org

23/09/2019

Créée il y a 3 ans et comptant déjà 35 salariés, Make.org est une entreprise dont le but est de faire participer activement les citoyens à la recherche de solutions et à la mise en place d’actions pouvant améliorer la vie quotidienne.

Une implication directe dans les grands enjeux sociétaux dont la réussite est induite par l’ADN de cette entreprise innovante : trouver pour chaque sujet les consensus qui permettront de réunir les parties prenantes et de les faire travailler ensemble pour trouver des solutions.

Partageant les valeurs humanistes et sociales de cette entreprise et convaincu de ses bonnes perspectives de développement, Sofiouest a participé à la dernière levée de fonds de Make.org.

A noter, en préambule, que Make.org a reçu, le 21 septembre dernier, de la part de France Digitale, le “Talent Award for Democracy” à la CivicTech. L’organisme a récompensé “WeEuropeans” (décrite plus bas), “la plus grande opération citoyenne non partisane menée en Europe.”

Axel Dauchez, fondateur de Make.org

“Make.org se donne pour objectif de trouver et de mettre en place des solutions concrètes visant à améliorer le fonctionnement de notre société, en réactivant la démocratie citoyenne en France, par la mobilisation massive de la société civile.

Comment nous y prenons-nous ? En faisant collaborer des centaines de milliers de citoyens avec des entreprises et des associations qui se mettent au service de la société. 3 types d’actions existent chez Make.org : 1. La recherche de solutions à de grands défis nationaux d’intérêt général ; 2. L’amélioration du fonctionnement des élections locales, nationales ou européennes ; 3. La transformation des entreprises et des administrations par l’implication des collaborateurs.

Exemple du fonctionnement de Make.org (identique pour les deux autres types d’actions) sur le volet “grandes causes sociétales”.

Nous avons défini 7 grandes causes sur lesquelles travailler : “les violences faites aux femmes”, “donner une chance à chaque jeune”, “mieux prendre soin des aînés”, “rendre la culture accessible à tous”, “permettre à chacun de mieux manger”, “faire une vraie place aux personnes handicapées”, et “agir tous ensemble, maintenant, pour l’environnement.”

Prenons un exemple avec le thème « les violences faites aux femmes ». Sur ce sujet, nous avons réuni 5 grandes entreprises, une trentaine d’associations spécialisées, et 500.000 citoyens. Tous ensemble, nous avons construit un plan d’impact triennal au niveau national.

Le processus (toujours le même) a été celui-ci : une grande consultation a été menée auprès de 500.000 personnes pour savoir quelles solutions elles préconisaient pour améliorer la situation des femmes victimes de violence.

Les entreprises partenaires qui financent l’opération sur 3 ans, ont engagé leurs collaborateurs internes et une partie de leurs clients, sur le projet.

Une fois récoltées, les réponses (propositions concrètes ou avis sur les propositions existantes) ont été analysées par notre outil, et des consensus ont été définis. De ceux-ci ont été tirées des solutions qui ont ensuite été mises en place avec les associations partenaires (avec lesquelles ont collaboré les salariés volontaires des entreprises sponsors). Par exemple, un accord a été passé avec des chaînes hôtelières afin de proposer aux femmes victimes de violence d’utiliser des chambres invendues, le jour même. Autres solutions préconisées et mises en place : la formation de policiers aux méthodes d’accueil de femmes victimes de violence, et enfin, la possibilité, pour ces dernières, d’enregistrer au fil du temps (via leur téléphone portable) sur le serveur sécurisé d’une association, des images ou des récits liés à cette violence et qu’elles oublient parfois, au moment où elles portent plainte.

On le constate : c’est du concret !

Un défi rendu possible par un algorithme innovant très performant

Envoyer puis traiter des milliers et parfois des millions de questions ouvertes est un défi technologique que personne, jusqu’à présent, n’avait réussi à relever. Nous l’avons fait avec la création de notre plateforme géante de consultation. Cette application technologique très innovante est la brique d’activation de nos grandes causes et de toutes nos opérations, en général.
Concrètement, nous contactons les potentiels participants via les réseaux sociaux (Facebook, etc.) mais aussi les médias. Ouest France, par exemple, a écrit des articles sur nos opérations en incitant ses lecteurs à participer aux consultations. Cela crée une émulation générale ; beaucoup ont répondu…

Une initiative vertueuse qui engage les Politiques

“WeEuropeans”, une consultation menée auprès de 40 millions d’européens (dans 27 pays) à qui nous avons posé la question « comment réinventer l’Europe ? » a généré 2 millions de réponses. Une délégation citoyenne a été présenter les idées consensuelles devant 350 ONG et tous les groupes parlementaires européens. Ensuite, nous avons incité 200 partis politiques européens à prendre position sur ces sujets consensuels, avant de faire une campagne auprès de plus de 100 millions d’européens pour les engager à aller voter par rapport à la position des partis sur ces questions.

Par ailleurs, de plus en plus, les Pouvoirs Publics français s’intéressent à nos actions et s’engagent parfois pour aider leur développement et leur donner plus d’envergure.

Des opérations financées en direct ou par du sponsoring

Les opérations que nous menons pour le compte d’entreprises privées sont payées directement par elles. La demande est grande. Concernant les volets grandes causes nationales et élections, ils font, eux, l’objet d’un sponsoring. »

Patrice Hutin, Directeur délégué de Sofiouest

“Ex dirigeant de Deezer, Publicis France et créateur (entre autres !) du salon Viva Technologie, Axel Dauchez nous a séduit par l’ambition de son projet et sa capacité à mettre l’intelligence artificielle au service de causes citoyennes. Pour Sofiouest, participer au tour de table financier de Make.org a été une évidence tant nous avons de valeurs communes. Promouvoir la démocratie participative et l’action citoyenne est dans notre ADN. Par ailleurs le groupe Ouest-France soutenait déjà Make.org, relayant ses opérations et trouvant des synergies commerciales.

Par ailleurs, l’idée positive de Make.org “il faut commencer par réactiver les consensus pour être de nouveau capables de gérer ce qui nous divise » nous a convaincu. C’est vrai que, globalement, dans les entreprises et dans la société, en général, il y a souvent une surpondération des clivages, ce qui n’aide pas à trouver des solutions aux problèmes. Nous apprécions que Make.org parte du postulat inverse en mettant en avant les consensus pour reconstituer le corps social et l’envie de travailler en commun. Cela permet de retrouver des marges de manœuvres pour traiter efficacement les problèmes. Une véritable œuvre de service public.”